Trop noire pour être française ? – Isabelle Boni-Claverie

afrosomething-article-tropnoire

vignetteTNPEF

J’ai grandi dans un quartier juif (je crois que notre petite famille était quasi la seule non juive de la rue). Nous avons déménagé dans un quartier résidentiel (ma famille était la seule où la mère travaillait). Puis dans un petit village de campagne alsacienne.

Mon premier contact avec les noirs fut le curé qui me fit passer ma communion. À l’époque, je ne concevais pas la petite révolution que cela pouvait engendrer dans les esprits, dans un village si blanc que la seule famille turque en est partie, et que les élections nationales roulaient pour le FN.

La première fois que j’ai été confrontée à la négritude, ce fut par un couac de l’Éducation Nationale couac corrigé depuis) : pour la première année de réforme du Bac Littéraire, nous étudiions Aimé Césaire. En Terminale. Sans avoir aucune connaissance de ce qu’avait été la colonisation et la décolonisation, sauf quelques dates apprises à la va vite parce que l’étude de la Seconde Guerre Mondiale avait déjà pris tout le temps de l’année scolaire.

À Noël, on mangeait des Têtes de Nègre, et je ne m’étais jamais interrogée sur cette dénomination.

Quand j’étais petite, Banania existait encore, et aujourd’hui les boîtes vintage se vendent cher dans les magasins de design/déco pour tous.

On riait aux sketchs de Michel Leeb.

J’ai eu une éducation de gauche, anti raciste, nous zappions dès que Jean-Marie apparaissait à la télé. Je n’ai jamais eu de haine pour quiconque, sauf les cons.

Mais j’ai été et suis encore raciste.

Je l’ai su avant de regarder ce documentaire, mais connaître l’histoire d’une personne qui a peu ou prou le même âge que moi, et qui vit de l’autre côté de la couleur, remet savamment, et sans haine, les choses à leur place.

Il peut paraître un peu égocentrique de parler de moi pour analyser un documentaire qui parle de l’Autre, du voisin français qui n’a pas la même couleur de peau que moi. Mais « Trop noire pour être française ? » permet, selon moi, de continuer à déconstruire ce moule ignorant dans lequel j’ai été élevée.

« Quand j’étais jeune, on ne disait pas que les Têtes de Nègre étaient racistes. »

« Oui, mis ce n’est pas à nous de décider qu’elles le sont, c’est aux personnes concernées, le noirs, de le dire, et à nous de les écouter. »

Conversation vécue.

De les écouter notamment en regardant ce documentaire très instructif et dont on ne sort pas forcément honteux, mais avec un peu plus d’outils pour s’éduquer, et porter un autre regard, ni compatissant, ni paternaliste, sur son voisin.

152368_image_64854-crop

Documentaire toujours visible sur Arte+7
http://www.arte.tv/guide/fr/050748-000/trop-noire-pour-etre-francaise

Advertisements
This entry was posted in documentaire and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s