Fortune Cookies – Silène Edgar

Silène-Edgar-Fortune-Cookies

 

Titre : Fortune Cookies
Auteur : Silène Edgar.
Année : 2014.
Editeur : Bragelonne/Snark.
Genre : Anticipation (très) proche.

Nombre de pages :130

Public : Adolescent/Adulte.

Quatrième de couverture :

Bretagne, demain :
Une coupure d’électricité plonge la petite vie de Blanche et Hadrien dans le noir, ainsi que toute l’Europe. Un mystérieux appel résonne sur les ondes : le gouvernement cache qu’il se passe quelque chose au Sud… la guerre ? Leur fille est loin, en vacances au-delà des Pyrénées. Hadrien décide de partir immédiatement à sa recherche, mais Blanche a peur.
Paris, après-demain :
État d’urgence, peuple bâillonné. Blanche est devenue Bianca, résistante. Les opposants à la dictature médiatique utilisent les réseaux de consommation pour faire passer leurs messages, sur les barquettes de poulet, les barils de lessive ou dans les fortune cookies, mais, bientôt, il faudra aller plus loin. Bianca trouve de la force entre les bras de Joshua, et jamais elle ne parle ni d’Hadrien, ni d’Élisabeth.
Quelque chose a basculé sur la route.

 

Avis :

Là où tout commence et là où tout finit. Mais qu’est-ce qui commence ? La révolte ? La prise de conscience ? L’horreur ? Et qu’est-ce qui finit ? La vie ? Mais quelle vie après tout ? Celle du ronron quotidien et des oeillères sur les yeux ?

Cette novella n’est pas un roman comme les autres, car il ne met pas vraiment en scène l’action de révolte. Non. Il témoigne de ces instants où l’on sait, l’on sait qu’on ne peut plus rester immobile, qu’il faut agir, qu’il faut, pour survivre, redevenir cet adolescent un peu anarchiste qu’on a tous été, et qu’on a tous oublié parce que les études, parce que le travail, parce que le couple et les enfants. Parce que la société est plus agréable quand on se laisse aller avec le mouvement.

Cette novella est pessimiste, parce que la révolte n’est pas un chemin pavé de fleurs et qu’elle ne se nourrit pas de douceur.

Mais cette novella est également incroyablement optimiste.

En tant qu’auteure, en tant qu’artiste, je pense que vous ressentirez la même chose que moi en refermant ce livre qui s’arrête juste là où tout commence et là où tout finit : créer, créer pour la révolte. Tout simplement.

Intérêt militant : L’engagement.

Advertisements
This entry was posted in Littérature and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s