Rencontre avec… Silène Edgar.

Aujourd’hui, je vous invite à rencontrer Silène Edgar, une auteure chère à mon coeur dont j’ai découvert l’écriture avec Moana et la Saveur des Figues.

Niourk

ZF2013

LVD – Bonjour Silène. Tout d’abord, dis-nous qui tu es.

Silène – Je suis une auteure francophone de 35 ans, j’écris pour la jeunesse et pour les adultes, des nouvelles et des romans, de l’anticipation, de la fantasy et du fantastique, mais aussi des romans historiques (parfois même, je mélange !). Bref, je touche à tout et j’aime beaucoup ça.

J’ai écrit mon premier roman, La Saveur des figues, à 30 ans et je l’ai publié 2 ans après aux Editions du Jasmin.

Depuis, tout roule bien puisque j’ai achevé la trilogie commencée avec ce premier roman et que je me suis amusée à la rédaction d’un recueil de nouvelles coquines et gourmandes, Les Moelleuses au chocolat.

En janvier paraîtront les Fortune cookies, un texte d’anticipation “immédiate” pour adultes.

 
LVD – As-tu une œuvre de fiction en tête qui a ouvert ton esprit aux Droits de l’Homme ? Ou y en a-t-il une qui t’a particulièrement marquée ?

Silène – Je pense à trois textes qui m’ont profondément marquée : je les ai lus tous les trois ensemble, en 4ème, poussée par ma prof de français. Il s’agissait de Niourk, La nuit des temps et Le Passeur. Trois romans de SF qui parlent de la différence de couleurs, de la différence de condition sociale et du rapport à la mémoire. La nuit des temps est une histoire d’amour splendide, mais elle est aussi une belle utopie et j’ai beaucoup aimé cette réflexion sur notre société. De même, Niourk pose de belles questions sur ce qu’il adviendra de nous, de notre rapport à la nature comme à la connaissance (Depuis, j’ai  même fait un support pédagogique sur Niourk pour les éditions Bragelonne ! Je conseille à tous les fans la lecture de la thèse de Laurent Genefort). Le Passeur est mon préféré, le plus tendre et le plus amer des 3.

Ces trois œuvres ont profondément inspiré mon roman Moana.

 
LVD – Tu écris, tu lis, tu enseignes (le français, en collège ndr) : à ton avis, quel impact peut avoir la fiction sur le lecteur ou le spectateur, par rapport aux infos télévisés, aux documentaires et aux essais ?

Silène – Je pense que tout cela forme un tout : jusqu’au lendemain de la seconde guerre, les gens lisaient moins, ils n’avaient pas accès aux médias et les auteurs s’adressaient plutôt à une élite. Aujourd’hui, nous devons imaginer que l’accès à la culture est plus facile mais aussi plus facilement “téléguidable” grâce aux ressorts de la publicité ; pour moi, cela amène à trois idées essentielles,

D’une part, la fiction donne la possibilité de s’adresser à tous et non pas à une élite intellectuelle comme au siècle dernier, on peut donc faire passer des messages à grande échelle.

Secundo, je sais aussi qu’un roman n’est qu’une goutte dans l’océan culturel offert au public, il ne s’agit pas de s’imaginer révolutionner le monde.

Enfin, on sait la mercantilisation de l’art permet des petits miracles – Hunger Games et sa conception marxiste de l’histoire qui devient un blockbuster hollywoodien !! – et de vraies horreurs – Twilight et sa conception rétrograde et misogyne qui devient un blockbuster hollywoodien !!

À nous, auteurs engagés, de tirer partie de cette chance tout en nous imposant une réflexion permanente sur l’intelligibilité de notre message : si j’écris bien, on me lira d’autant plus, mais je dois aussi veiller à ne pas laisser corrompre mon discours.

 
LVD – Moana est une œuvre emplie de tendresse et d’affection : quitte à paraître naïve, l’amour peut-il sauver le monde ?

Silène – Ce n’est pas naïf, cela dépend de ce qu’on met dans ce mot d’amour.

L’amour du genre humain de façon générale me semble être le seul espoir de notre société pourrissante. Etre persuadé que l’homme vaut qu’on se batte pour lui, que la misère est inacceptable et qu’elle est le nid de toutes les dérives, racisme, sexisme, intolérance, que la culture et l’art sont essentielles à l’être humain pour vivre, si c’est cela qu’on appelle “amour”, oui, alors.

Si c’est une conception mystico-spirituelle, je pense que cela ne nous aidera pas. 😉 Je suis athée et je ne crois qu’en l’homme !

Que les hommes puissent se nourrir convenablement, au propre comme au figuré, et on pourra alors s’imaginer un avenir meilleur.

 
LVD – Quels sont tes prochains projets “militants” ? Et les autres ?

Silène – La publication des Fortune Cookies va être un grand moment pour moi car j’y ai mis l’essentiel de mes idées sur notre société. Cependant, c’est une tragédie, au sens grec du terme, ne vous attendez pas à un message positif comme dans mes écrits jeunesse !

Mais j’ai aussi des projets plus gais  avec 14-14, un roman coécrit avec Paul Beorn sur la guerre de 14. Celui-ci est beaucoup plus optimiste. Enfin, autant que le sujet le permet : c’est la guerre de 14 quand même…

Cela reste un projet militant car nous y parlons de l’importance de l’instruction. Mais c’est surtout un beau roman d’amitié.

En juin paraîtra une novella de fantasy burlesque, Féelure, toujours chez Bragelonne. Ce texte peut paraître non-militant et pourtant, comme Les Moelleuses au chocolat, il est l’expression de mes idées sur la condition féminine. Mais de façon rigolote et détournée, comme dans mes nouvelles !

Enfin, je travaille sur un gros projet qui n’en est encore qu’à ses premiers balbutiements, une saga de 1847 à 1947. La question de la transmission, l’étude des fondements du libéralisme, la condition féminine, les révolutions de 1848 et 1870, la première guerre… il va y avoir beaucoup de liens avec tout ce que j’ai fait jusqu’à présent !

Advertisements
This entry was posted in Rencontre avec... and tagged , , . Bookmark the permalink.

One Response to Rencontre avec… Silène Edgar.

  1. Escrocgriffe says:

    Que de projets passionnants, bravo !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s