Rencontre avec… Cindy Van Wilder

Nous inaugurons aujourd’hui une nouvelle rubrique : “Rencontre avec…”
Un auteur, artiste, militant ou simple citoyen viendra y donner son rapport à la fiction et aux droits de l’Homme.
Première à inaugurer, Cindy Van Wilder. Je remercie ma chère amie, lectrice, bêta-lectrice, pompom girl toujours enjouée et auteur de talent, d’avoir donné un peu de son temps et de ses mots pour le blog.

 

le-journal-d-anne-frankportrait_cindy

LVD – Bonjour Cindy. D’abord… Qui es-tu ?

CVW – Hello ! Hé bien, dans la vraie vie, je suis traductrice, et auteur à mes heures perdues (qui ne le sont pas tant que ça d’ailleurs !) J’affiche 30 ans au compteur et je vis en Belgique.
Si vous voulez en découvrir davantage, rendez-vous sur mon blog :
http://cindyvanwilder.wordpress.com

 

LVD – Quelle œuvre de fiction a marqué ton esprit par rapport aux Droits de l’Homme ? Quel âge avais-tu ?

CVW – Alors, je pense que je devais avoir 11-12 ans quand j’ai découvert le Journal d’Anne Franck. C’était justement l’année où sortait la Liste de Schindler, presque au même moment que l’exposition J’avais 20 ans en 1945 en Belgique.
Toutes trois m’ont beaucoup impressionné, mais c’est le Journal d’Anne Franck qui m’a le plus touché, en particulier parce qu’il s’agissait de la voix d’une jeune fille qui avait mon âge au moment où elle commence la rédaction.
LVD – Qu’en as-tu retiré ?

CVW – Ce que j’en retire, c’est une sensation grandissante d’injustice. Au début, quand Anne commence son journal, elle vit déjà sous l’oppression nazie. Je ne comprenais donc pas véritablement ce que signifiait cette existence. C’est quand elle commence à lister tout ce qui était interdit aux juifs à cette époque que je me suis véritablement posée des questions. Ensuite, quand vient le moment où ils doivent se cacher dans l’Annexe sous peine d’être déportés, qu’elle décrit tous les sacrifices que cette clandestinité implique, j’ai pris conscience de la lutte qu’elle et les autres personnes cachées dans l’Annexe menaient jour après jour, juste pour avoir le droit d’exister.
C’est le cœur de l’histoire d’Anne Franck.
Je voudrais aussi rappeler un aspect, qui est souvent occulté parce qu’on considère d’abord le journal comme un précieux témoignage (ce qu’il est évidemment) : Anne a un côté très moderne pour son temps et militant. Les questions qu’elle aborde demeurent tout à fait d’actualité à notre époque.

 

LVD – Aujourd’hui, tu écris. Est-ce que la question des Droits fait partie intégrante de tes récits ou reste-t-elle en arrière-plan ?

CVW – Hé bien, c’est marrant, mais en y réfléchissant, oui, cette question des droits fondamentaux de l’homme est bel et bien présente. Comme quoi on ne réalise pas toujours toute la part de nous-même que nous mettons dans nos écrits !
Quand j’examine mes derniers textes publiés, à savoir « Au service des insectes » et même dans le Serpentaire, il y a cette notion d’inégalité sociale ainsi que des personnages qui s’efforcent d’aller au-delà et même de les remettre en cause.
Ça a également été une de mes motivations majeures pour les Outrepasseurs, ma saga Young Adult, dont le premier tome paraîtra le 13 février 2014 chez Gulf Stream Éditeur. J’y explore la problématique de ceux dont les droits les plus élémentaires sont bafoués, voire niés, mais aussi le point de vue du camp opposé, celui qui est persuadé d’agir de manière juste. J’aime ces confrontations et donner ainsi la parole à chacun.
À ce titre, j’ai d’ailleurs une tendresse toute particulière pour Peter, un des personnages principaux de cette saga et qui va jouer le rôle de déclencheur.
Enfin, j’utilise beaucoup l’imaginaire, d’abord parce que j’aime profondément en jouer, mais aussi parce qu’il permet également de renforcer les thèmes essentiels d’un texte. C’est d’ailleurs le cas, je trouve, pour tout ce qui touche aux droits de l’homme.

 

LVD – Quel est, aujourd’hui, le sujet qui te touche le plus dans l’actualité (qui n’est certes pas folichonne en ce moment) ?

CVW – Forcément, en ce jour, je pense à la disparition de Mandela, combattant dans l’âme, dont j’ai pu découvrir le parcours incroyable grâce à des films ou des documentaires. Une épopée marquante et inspirante à plus d’un titre.
Sinon, je dois dire que le droit d’asile – qui se retrouve à bien des reprises à la une de l’actualité – et le statut de la femme me touchent en particulier.
LVD – Aurais-tu un conseil de lecture, une citation, ou quelque chose d’autre à offrir aux lecteurs du blog ?

CVW – Ah, pour le conseil de lecture, je pense déjà l’avoir fait !
Je vais terminer par une citation du fameux Journal justement :

« […] Mais cela ne suffit pas, le respect de la femme, voilà ce qu’on attend encore ! De manière générale, dans toutes les parties du globe, l’homme suscite l’admiration ; pourquoi la femme n’a-t-elle pas le droit de bénéficier, en priorité, d’une part de cette admiration ? […] »

Extrait de la lettre du jeudi 13 juin 1944.

 

Les Outrepasseurs sortiront chez Gulfstream Editions en 2014.
Voici la Quatrième de couverture :

«  — Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.
— Nous ?
— Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. (Il baissa le son de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux.
Peter, un adolescent sans histoires, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète, les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie. »

This entry was posted in Rencontre avec... and tagged , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to Rencontre avec… Cindy Van Wilder

  1. Pingback: Le récap’ du week-end! | Cindy Van Wilder

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s